Présentation de l'Oryx

Ce vélo couché de marque Optima est de fabrication Hollandaise, distribué en France par Airodin Sports à Andernos les Bains en Gironde, pas de boutique, mais un atelier et un choix de vélos à tester. Tarif de 1695€ mi 2013, compter des frais de transport en sus. Pour ce tarif, il est complet, tout y est ! Sauf peut être la sacoche, élément bien utile. Attention, il est en kit, voir l'article à ce sujet.


C'est un 20x26, roues de 20 pouces à l'avant, 26 pouces à l'arrière. Il est adapté aux petits-moyens gabarits. Les roues sont équipés de pneus Schwalbe Marathon, parait-il increvables. La roue de 20 pouces à l'avant est moins adaptée aux franchissement des petits obstacles qu'avec une roue de 26', mais sinon pas d'autres différences.
Les freins sont des "Sram Avid single 5 digit" avec des patins type course. Très efficaces, souples, deux doigts suffisent pour freiner fermement ! En option, on peut demander des freins à disques.
Le dérailleur arrière est un Shimano Deore SX sur une cassette 11-32 à 9 vitesses. Les commandes sont des Sram Attack à manettes, une pour monter, l'autre pour descendre les vitesses. La montée se fait sans problème, parfois la descente s'attarde et saute plusieurs vitesses. Un réglage est peut être nécessaire, mais comme cela n'est pas vraiment une gène, je préfère ne rien toucher pour l'instant.
Le dérailleur avant est un Shimano Deore pour un triple plateau classique. A part un réglage délicat, rien à dire, quoique le câble de commande doit être de base un peu long (pour un gabarit plus grand) et vient frotter la cuisse du cycliste, un serre câble est necessaire.
Un mot sur les poignées: puisque les commandes Sram sont des manettes, la poignée entière est libre, recouverte d'une mousse très agréable au toucher, idéale pour des heures de randonnée vélocipédique.
La suspension, un avantage du vélo couché, celle ci ne mange pas(ou peu) l'énergie de pédalage. Le réglage de la souplesse se fait simplement à la main, sans outils, en vissant ou dévissant pour la rendre plus dure ou plus souple, en fonction du poids du cycliste. En option, il existe des suspensions à air, plus confortables, mais plus dures à régler (parait-il ...).
Le siège, de base, est une coque en résine sur laquelle vient se fixer par des velcro la mousse recouverte d'un tissu synthétique à large trame. Très confortable, un peu glissant parfois mais plus facile pour se repositionner.
La sacoche est une option, de bonne contenance, elle se fixe tout simplement en l'enfilant sur le haut du siège. Sur le coté, un porte bidon souple, à priori inutile, le vélo a déjà tout ce qu'il faut.
Le design est plutôt réussi avec ce cadre galbé, tout en courbe, ici en couleur bleu. Les gardes boues ne sont pas encore montés sur la photo, ni l'appui tête.
Le poids de l'ensemble est raisonnable, avec le cadre en alu, il fait 16,7 kg, sans les garde-boues.
Il se manie très bien, attention tout de même au plateau avant qui pointe et que l'on accroche facilement.
Le porte bagage est solide et promet de porter de futures sacoches pour la randonnée.
A pieds on le pousse par le siège ... dans les montées un peu raides (!).
La béquille est vraiment pratique et permet de s'arrêter n'importe où.

Jante et pneus

Dérailleur arrière

la suspension

La poignée en mousse et les manettes de commandes des vitesses

Pédalier avant

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

En vélo de Paris à la Normandie par les pistes cyclables

En vélo de Bordeaux à Bayonne par les pistes cyclables

Montage du vélo couché