Vélo à la déchèterie

Quelle stupeur, l'autre jour, lors d'une visite à la déchèterie .... l'icône symbolisant les métaux n'était autre qu'un vélo !

Pourquoi donc un vélo ?
Le vélo est-il un objet du passé qui encombre nos garages ?
Le vélo est-il un objet de consommation comme un autre, aussitôt acheté, aussitôt jeté ?
Le vélo est-il un simple morceau de ferraille, sans âmes ?
J'avoue avoir été interloqué, voire choqué, par ce symbole.
Ce petit panneau en dit long tout de même sur ce qu'est devenu la bicyclette au 21 ieme siècle.
Quand je pense que mon premier vrai vélo fut celui de mon père, remis en état tant bien que mal quand je n'étais qu'un gamin, avec mes copains du même âge. Il avait 3 vitesses, la barre me servait de selle(!) ... il m'a servi longtemps ... jusqu'a ce que l'adolescent casse sa tirelire pour une mobylette ! Ce vélo a servi 2 générations, peut être plus puisque donné à quelqu'un du voisinage ... mais c'était une autre époque, c'était au 20 ieme siècle .... (Pépé tu radotes !)
Le vélo a bien une âme ... il n'y a qu'à voir le succès d'une manifestation comme Anjou vélo vintage qui permet de faire revivre ces vieilles "ferrailles", autant de cyclistes qui seraient horrifiés de voir tous ces vélos partir à la poubelle.
Justement c'est ce qui est le plus étonnant, à chaque fois, on peut y voir des vélos gisants au fond de la benne, recouverts petit à petit par les déchets en tout genre.
Il est vrai que le prix des vélos a chuté ces dernières années avec les fabrications made in China, favorisant le renouvellement. Plus besoin de réparer, on rachète un neuf !
De plus la fabrication de cadre léger en aluminium rendent leur réparation hors de portée de l'amateur, ce qui n'était pas le cas avec les cadres en acier, un simple poste à soudure suffisait.
Il faut se rendre à l'évidence, le vélo est bien rentré dans l'ère de la société de consommation.
Pourtant des associations oeuvrent pour réutiliser tous ces vélos et en faire profiter le plus grand nombre, principalement les laissés pour compte de notre Société, pour qui, acheter un vélo 1er prix reste impossible. Voir une association comme L'heureux recyclage  ou Vélosenville et son atelier solidaire,
des initiatives qui font plaisirs et qui nous rassurent ... le vélo n'est peut être pas un objet jetable ordinaire, il peut avoir plusieurs vies.
Le vélo couché ne semble pas concerné pas la mode du jetable. Son prix, pour l'instant, le met à l'abri d'une fin prématurée. Le cycliste à bien conscience du petit capital qu'il a entre les mains, et se garde bien de jeter aux ordures son vélo, même si son garage est rempli de choses plus utiles que lui. Le cycliste qui use régulièrement de son vélo couché entretien une relation "sentimentale" avec sa monture. Elle lui permet de s'échapper, de voyager, de respirer loin de l'agitation de la vie moderne. Alors jeter son vélo, même s'il prend la poussière, non ... cela ne lui viendrait même pas à l'esprit.
C'est plutôt un vélo à plusieurs facettes qui existe aujourd'hui. La bicyclette d'autrefois s'est transformée en une multitude de machines, du low cost au haut de gamme, du vtt au vélo de route, du cycle hollandais au vélo couché, du trike au tandem, une variété qui a changé nos comportements, aussi bien l'envie du changement que le retour aux sources.
Longue vie au vélo !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

En vélo de Paris à la Normandie par les pistes cyclables

En vélo de Bordeaux à Bayonne par les pistes cyclables

Montage du vélo couché