En vélo de Paris à La Rochelle - Ile de Ré

C'est l'hiver, quand il fait froid, qu'il pleut, et que les journées sont bien courtes, que l'on rêve au prochain été, avec du soleil, de la chaleur et des soirées toutes en douceur, et bien sûr, en tant que randonneur cycliste, ce fut la bonne époque pour construire mes projets de randonnées ... un oeil sur Google Cycle Map, pourquoi pas un Paris - La Rochelle ? Allez hop direction OpenRunner et le circuit se construisit petit à petit (voir en fin d'article la carte et la trace gps).
Le trajet se fera sur 10 jours, dont 7 de pédalage, 2 de repos et 1 de retour, 600 km minimum d'après OpenRunner.
Etape 1 : Bures-sur-Yvette à Illiers-Combray, en passant par Chartres, circuit de la Véloscénie.
Etape 2 : Illiers-Combray à Vendôme, en passant par Châteaudun, circuit de la Vallée du Loir.
Etape 3 : Vendôme à Tours, en passant par Château-Renault, circuit de la Vallée du Loir.
Etape 4 : Tours à Montsoreau sur les bords de Loire, circuit de la Loire à Vélo.
Etape 5 : Repos (tourisme).
Etape 6 : Montsoreau à Parthenay, en passant par Thouars, circuit de la Vélofrancette.
Etape 7 : Parthenay à Damvix (marais poitevin), en passant par Niort, circuit de la Vélofrancette.
Etape 8 : Damvix - Ile de Ré, en passant par La Rochelle
Etape 9 : Repos, balades sur l'ile.
Etape 10 : Retour en train sur Paris, et en vélo de Montparnasse à Bures sur Yvette.

Fin Août début Septembre est une époque idéale, les touristes se font moins nombreux, la météo est bien souvent encore agréable et la longueur des jours tout à fait acceptable.
Départ prévu le 22 Août ... mais un problème de santé me fait douter, je repousse de deux jours, ce sera mercredi 24 Août, la météo s'annonce bonne, et même très (trop ?) bonne pour les 2 semaines à venir.

Etape 1 : Bures-sur-Yvette à Illiers-Combray 110 km


La météo est formelle, ce sera plusieurs jours à plus de 35° ... il me faut donc rouler un maximum en matinée pour éviter les après-midi surchauffées. Debout 5h du matin, à 6h30 je suis parti, obligé de mettre les éclairages.
Voilà pas qu'au bout de 500m, je dois m'arrêter, j'oublie mes cales-pieds, patatras me voilà par terre ! ça commence bien ... à priori pas de mal, les bagages ont encaissé la chute, et avec ce vélo je ne tombe pas de bien haut.
Il fait bon, même un peu frais, la route est calme, pas de vent, c'est un plaisir de rouler.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, sur la route de Cernay la Ville

Le soleil se lève doucement et éclaire la campagne d'une douce lumière.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, sur la route de Cernay la Ville
Les ombres s'allongent, j'ai l'impression de me voir dans un miroir déformant.
La Véloscénie n'est balisée qu'à partir de la sortie de Rambouillet, et commence par un chemin défoncé et une côte, je vous dis pas ... en espérant que la suite ne sera pas la même chose, sinon, pas la peine de continuer sur cette voie !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, la Véloscénie près de Rambouillet
 Ah qu'il fait bon rouler ... un lièvre magnifique détale dans le champ ... quand je pense que la chasse va réouvrir dans quelques jours, et qu'il finira criblé de plomb ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, la Véloscénie près de Rambouillet
 Il commence déjà à faire chaud, et je recherche un peu d'eau pour me rafraîchir au fond d'un lavoir ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Lavoir en bord de route
La route serpente dans la vallée de la Drouette, le balisage est correct, il y a peu de dénivelé, mais l'environnement urbanisé ne permet pas d'engranger rapidement les km.
Un café à Epernon et discussion avec un cycliste ... "ça m'aurait bien plu le vélo couché, mais .... j'ai des fuites urinaires, alors le vélo droit c'est bien mieux pour moi ...", voici un défaut du vélo couché que je ne connaissais pas !
L'arrivée sur Chartres se fait par de superbes pistes cyclables, en bordure de l'Eure.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, pistes cyclables de Chartres
 Enfin Chartres,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Chartres
 Un selfie ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Chertres
 Un sdf est là et contemple la rivière, la vie est dure pour lui et ça se voit.
Je fais mes courses dans une boulangerie voisine, un autre sdf fait la manche, mais je ne lui donne rien ... je me questionne, pourquoi était-je prêt à donner au premier et pas au second ? qu'est ce qui fait que l'on donne ou pas ? Est-ce un sentiment de honte que l'on essaye d'effacer par l'ignorance ? Ce n'est pas facile, cela me remet en question, et me dit qu'il faut que je sois plus réactif la prochaine fois, sans chercher à juger, ou à être séduit, c'est quelqu'un dans le besoin, un point c'est tout.
Déjeuner sur un banc, un peu d'ombre mais qui s'amenuise peu à peu, il faut que je reparte vite, il fait chaud, j'ai encore des km à faire.
Les bords de l'Eure sont toujours aussi agréables.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, pistes cyclables de Chartres
Je quitte malheureusement la vallée pour retrouver des paysages désertiques, les champs sont à nu, pas d'arbres, pas de haies, rien, que du jaune jusqu'à l'horizon.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, sur la véloscénie
 il fait chaud, très chaud, un chameau brouterait sur le bord de la route que cela ne m'étonnerait pas plus que ça, je distingue des palmiers au loin, une oasis peut être ? Vais-je mourrir de soif dans ce désert ?
De Paris à la Rochelle en vélo couché, sur la véloscénie
 OUI ... là bas un village ... son église ... et son cimetière !!! je suis sauvé, c'est bien connu, il n'y a que là où l'on peut trouver de l'eau.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, de l'eau enfin
 De l'eau fraîche !!!
De Paris à la Rochelle en vélo couché, de l'eau fraîche sur la route
Je ressuscite au cimetière !!! Je me repose à l'ombre d'un grand pin, me trempe à nouveau et cela me donne l'impression d'une douce fraîcheur pendant quelques minutes alors qu'il fait au moins 35° !
Il faut bien repartir et affronter la fournaise, il ne reste pas beaucoup de km ...
Je rêve d'un chapeau, d'un grand chapeau, un sombrero ... et je chante 🎶 Un mexicain basanéééééé, est allongé sur le sol, un sombrero sur le nez, en guiz en guiz, en guizzzz de paaaâââaarasol.

A un carrefour, un beau calvaire, que l'administration a généreusement décoré de panneaux de directions ... affligeant.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, calvaire routier
 Illiers-Combray enfin, j'ai tout de même 114km au compteur, nouveau record personnel battu.
Je vais me reposer un instant dans l'église, profiter de sa fraîcheur, de son calme.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Eglise de Illiers Combrais
 Illiers-Combray, la ville de Marcel Proust, les madeleines, oui c'est ici ! mais, aujourd'hui c'est mercredi, et la boulangerie ferme le mercredi ... pas de madeleines de Proust.
 Et le camping, de l'ombre, de l'herbe verte, il y fait presque bon, la piscine municipale est à coté, et j'y vais faire un tour pour tenter de me rafraîchir, parce qu'ici, les douches sont chaudes, et sans réglages possibles.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, camping à Illiers Combrais
Le camping est plutôt occupé par des travailleurs en déplacement qui logent dans les bungalows. Au bar du camping, les gars me demandent comment je peux faire ça ? Même à moto ils ne le feraient pas ... avec cette chaleur. Effectivement, j'imagine les motards, casque intégral, veste de cuir noir (... avec un aigle sur le dos ... une autre chanson), pantalon de cuir noir ... par 35°, non, ça le fait pas, c'est plus facile en vélo !
Je regarde la météo, il fait encore 36° à 19h ... "ouille ouille qué calor" comme dit la chanson de Marcel Amont !

Etape 2 : Illiers-Combray à Vendôme, en passant par Châteaudun 100km


Cette météo de chaleur me stresse un peu, je n'ai pas de mal à me lever à nouveau à 5h du matin, au dehors un beau ciel étoilé. A la lumière de ma Petzel, je plie tout mon matériel, et quand le jour commence à poindre, j'ai presque terminé, il ne me reste qu'à déjeuner.
Départ dans une demi-obscurité,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, départ du camping
 Traversée de l'Autoroute bien calme à cet heure là,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, l'autoroute
 Et à nouveau les petites routes, au lever du soleil, un moment délicieux que je savoure avec bonheur,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, l'aurore
L'aurore, un moment de la journée magique ... me revient en tête une chanson 🎼  A l'aurore, quand le ciel est cousu d'or ... qui me berce doucement pendant des km.

Retour sur les bords du Loir, avec des espaces de verdure et de calme,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, les bords du Loir
Un vélo déco ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, vélo déco
 Châteaudun, la piste sur quelques centaines de mètres passe en bordure d'une voie rapide, les camions me frôlent, ce n'est pas très rassurant ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, piste cyclable et camion
 Pause sur la grande place de Châteaudun, un café délicieux et un croissant aie aie aie le top !
Le vélo couché est toujours un moyen d'engager la conversation, les passants étant la plupart du temps très étonnés par cet engin, que beaucoup n'avaient jamais vu jusqu'à ce jour. Un homme m'aborde, me pose les traditionnelles questions, et la conversation se fait petit à petit plus personnelle, "j'avais un vtt, je l'avais gagné au loto, je l'ai donné à mon beau frère ... et il l'a revendu ... maintenant que je suis à la retraite, je referais bien un peu de vélo, de vtt..."
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Châteaudun
 Dernier arrêt avant de quitter la ville, sur les bords du Loir, aux pieds du château de Châteaudun !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Châteaudun
 Eh oui, c'est de la folie de venir ici en vélo ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La folie
Le circuit est bien balisé, c'est celui de la Vallée du Loir, y a qu'à suivre. Sauf que parfois, les panneaux sont bien petits, mal placés ... et l'on s'en aperçoit trop tard quand à l'intersection suivante on cherche en vain le panneau suivant ... Je cherche sur mon gps smartphone une solution, la N10 ! euh non, tant pis je fais demi tour ! Revenir sur ses pas est quelque chose d'humiliant, c'est de l'énergie dépensée pour rien, la motivation est en baisse jusqu'à retrouver à nouveau l'itinéraire, et c'est reparti, tout est oublié !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Vallée du Loir à vélo
La chaleur monte d'un cran régulièrement, en roulant l'air rafraîchit suffisamment, mais dès que je m'arrête, j'ai l'impression d'étouffer, je ne pense qu'à repartir, qu'à rouler.
Cette météo brulante est stressante, j'ai tendance à rouler plus vite que d'ordinaire, alors je me tempère, et me répète régulièrement une citation de Racine "Qui veut voyager loin ménage sa monture".
A Pézou, je trouve un petit square ombragé avec un peu d'air, et un banc, idéal pour casser la croûte.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Pézou
 La chaleur est pesante, un peu d'eau fraîche serait la bienvenue, mais où trouver cela ? Je suis dans un square ... de l'herbe, des fleurs, il faut bien de l'eau pour arroser tout ça ? Qu'est-ce ce petit carré vert de plastique sur la pelouse ? une cache pour un robinet d'eau !!! Youpi !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, de l'eau fraîche
Je roule, abasourdi par la chaleur, sonné ... je bois, je roule, je bois, et je rebois ... par moment des bouffées d'air brulant m'enveloppent, mais qui donc a ouvert la porte du four ?
En chemin, une belle demeure,
Avant d'arriver à Vendôme, je m'arrête à Areinnes, pour voir l'église datée du XI et XII siècle.
Pour rentrer il faut appuyer sur un bouton ... le système de fermeture de la porte est électrique et semble t'il raccordé à un système horodateur qui doit verrouiller la porte en dehors des heures d'ouverture. Fini le ou la bénévole de la maison d'à coté qui possédait la clé et qui était responsable de l'église ... Je rentre donc dans cette église romane, très belle, dépouillée, avec de belles fresques du XII ieme, mais un bip puissant venant de la porte retentit toutes les 2 secondes et résonne dans l'église, empêchant tout recueillement ou simple observation des fresques. En sortant, j'ai compris que la porte fermait mal et qu'il fallait forcer la fermeture pour faire disparaître cet horrible signal d'alarme. Des trucs comme ça, ça me désole ! La technique c'est bien, mais c'est mieux quand ça marche !
Vendôme enfin, je m'installe au camping et ne rêve que d'une bonne douche froide ... ce n'était qu'un rêve, ici pas de réglage et l'eau est très chaude !! Alors je pars à la piscine municipale juste à coté avec l'espoir de me rafraîchir, espoir vite perdu, l'eau de la piscine est bien trop chaude, impossible pour moi d'y rester ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, camping de Vendôme
Au camping, il n'y a que des campings-cars rutilants, avec tout le confort et même plus, on était ce soir là 2 tentes pour tout le camping. D'ailleurs le voisin en passant me dit "C'est bien qu'il y ait encore des gens comme vous pour dormir sous la tente et voyager à vélo", je dois faire partie d'une espèce en voie de disparition. Les gens semblent avoir perdu le goût des vacances de plein air, mais il est vrai que Vendôme n'est pas non plus un lieu de vacances, on ne fait qu'y passer.
Le début de soirée est un peu bruyant avec un cirque juste à coté qui plie dès la dernière représentation ... incroyable de voir à quelle vitesse tout est démonté !

Etape 3 : Vendôme à Tours, en passant par Château-Renault 95km


Je suis toujours aussi matinal quoique je ne pars qu'à 6h45, je faiblis un peu ? Je ne retrouverai les panneaux indicateurs qu'au bout de 6km, le circuit officiel passe peut être ailleurs que ma trace gps.
En roulant on aperçoit des images que l'on mémorise comme une photographie : 7h du matin, une jeune femme bien portante, immobile sur la pas de sa porte, fume sa cigarette ... fumée que je prends en plein poumon 20m plus loin, elle m'a fait pitié, un peu plus loin, une mamie en robe de chambre balaye la rue, une image plus plaisante.
Quel bonheur de voir ces hirondelles se rassembler au petit matin, c'est vivant, c'est joyeux, signe annonciateur d'un grand voyage vers l'Afrique. Dans mon quartier à Bures-sur-Yvette, ce spectacle pouvait être admiré il y a 20 ans de cela, aujourd'hui c'est terminé, elles ont disparu, l'urbanisation, la pollution, les insectes qui disparaissent sous le coup des pesticides ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Hirondelles
Le soleil vient de se lever, il fait encore bon, c'est le meilleur moment de la journée.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Vallée du Loir de bon matin
La vallée du Loir, tranquille, bien plat, mais pas pour longtemps, il me faut remonter sur le plateau par des petites routes bien raides !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Vallée du Loir
 Je suis au Paradis ? Mais alors cela veut dire que je suis mort ? Je me pince, aie ! ah ben non je suis toujours vivant !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, au Paradis
 Voici probablement le plus beau paysage de mon voyage, peut être bien une image du paradis (Les Roches-l'Evêque).
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Vallée du Loir
A Momtoire je décide de faire ma pause et prendre mon traditionnel café-croissant. Au bar, pas de croissant, il faut aller se l'acheter à la boulangerie en face, mais c'est tout vu, le papier d'emballage à l'air plus lourd que le croissant, au bar le café n'est pas terrible et la fumée des cigarettes des clients extérieurs entre à l'intérieur aspirée par le courant d'air ... je ne m'attarde pas.
Un peu plus loin, je monte une belle côte, j'ai encore la forme à cette heure de la matinée, quelques km sur le plateau et une magnifique descente, large, longue, bien roulante, un régal, je file à plus de 40km/h, je vole ... face au soleil, et donc plein Est ... bizarre, je vais à Tours, plutôt au sud-ouest ... le doute s'installe, et après vérification, je suis déjà bien loin de l'itinéraire prévu ! Alors je consulte à nouveau la carte (GoogleMap) de mon gps, ça ne vaut pas une bonne carte Michelin (!), je cherche une solution pour retrouver mon circuit sans refaire marche arrière. Je trouve enfin un trajet, sans trop savoir ce qu'il me réserve ... c'est l'aventure ! La route est bonne, les villages sympathiques, et je retrouve plus loin mon itinéraire.
Château-Renault je m'arrête pour faire mes courses du midi, je ne prends que le minimum, je n'ai pas de place, et c'est le casse tête à chaque fois, mais où vais-je mettre tout cela ? C'est aussi l'occasion de se mettre au frais pendant quelques minutes, au dehors il commence à faire chaud à nouveau.
Un homme m'aborde et me questionne sur mon vélo. Il à l'air simplet, mais en fait pas plus que ça, il pose les bonnes questions. Pour finir "vous faites le tour de France ?", j'ai dû à regret répondre "non", j'ai senti qu'il était déçu... c'est vrai j'ai l'air de quoi d'aller à la Rochelle ? Tout à coup mon projet m'a paru bien petit, presque ridicule.
Il fait chaud, très chaud, mais ici c'est normal, c'est la rue du Four Brûlé,

Cette lourde chaleur me rappelle une musique, l'été de Vivaldi, une musique lancinante, pesante, envoutante ... je roule avec cette musique dans la tête 🎶 ,

Il me faut éviter la déshydratation, il fait au moins 35°, je dois boire un max ! seuls les endroits à l'ombre permettent de s'arrêter,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, il fait chaud
A Reugny, je trouve une piste cyclable aménagée sur une ancienne voie ferré, quelques km très agréables, à l'ombre !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, piste cyclable à Reugny
Et la vallée de la Loire, ça y est j'y suis ! la ligne du TGV passe ici, le vélo ne bénéficie pas d'autant de financement (!), ensuite je roule sur quelques chemins, puis en bordure de route et enfin la piste cyclable en bordure de Loire qui débute à Rochecorbon.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, sous le TGV
 Les bords de Loire
De Paris à la Rochelle en vélo couché, bords de Loire
 Tours, paysage depuis le pont de l'ile Aucard, ancien pont suspendu réservé aux piétons et aux cyclistes.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Tours
 Le pont,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Tours
 Et la cathédrale. Tous les soirs en période estivale, la cathédrale est illuminée, mais ce soir le spectacle est annulé pour cause de chaleur ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Tours
Je cherche l'accès au camping en longeant le Cher, je demande à une mamie à vélo mon chemin, "Suivez moi ...", elle me fait passer par un passage souterrain, déambuler entre les immeubles du quartier, elle habite là, "prenez en face, c'est tout droit", et quelques minutes plus tard, je suis au camping, merci encore mamie.
Au camping, il y a de l'espace, il est presque vide, l'herbe est couleur paillasson, pas de piscine, mais des douches FROIDES !! super, extra, enfin je peux me doucher normalement et me rafraîchir.
Comme tous les soirs je remets mon smartphone à recharger, avec les derniers rayons du soleil,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, panneaux solaire
 Je fais ma petite lessive,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, lessive
 Petit à petit la douceur du soir arrive, les couleurs du ciel se ravivent, le calme revient, le silence ... pas pour longtemps, un orchestre vient de démarrer pas loin, les basses secouent l'air environnant ! Et moi qui suis fatigué, j'ai envie d'aller me coucher ... impossible. Je vais me promener en attendant sur les digues du Cher, une centaine de mouettes piaillent sur un banc de sable, des clameurs montent d'un match de foot sur l'autre rive, et la musique de l'orchestre qui se rajoute à tout cela ... mais quel vacarme ! Heureusement à 10h du soir, tout s'arrête, le camping retrouve le calme, je peux me coucher et dormir paisiblement jusqu'au matin.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, au camping à Tours - St Avertin

Etape 4 : Tours à Montsoreau sur les bords de Loire 70 km


Je me réveille, 5h du matin, déjà ? j'ai bien dormi, j'ai envie de rester dans mon duvet, mais la journée devrait être encore plus chaude, j'ai du mal à imaginer plus chaud que les jours précédents !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, départ matinal
 Et c'est parti, je ne le regrette pas, les couleurs du matin sont magnifiques.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, sur les bords du Cher

De Paris à la Rochelle en vélo couché, sur les bords du Cher
 Je repasse par le passage secret de la veille,
 Tiens, ici aussi des météorites sont tombées, et pas de chance, au bon milieu de la piste !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, obstacle sur la piste
 Je suis sur l'itinéraire de la Loire à Vélo, de belles pistes, des routes tranquilles, la fraîcheur du matin est agréable, il faut en profiter avant le retour de la chaleur.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Loir à Vélo
Paysage sur les bords du Cher,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Loire à Vélo
 Avec ces répliques de bateaux anciens, c'est un formidable renouveau de la marine fluviale,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Loire à Vélo
 Et à nouveau la Loire,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Loire à Vélo
 Avec des chemins de qualités diverses, ici ombragés et c'est un vrai luxe par les temps qui courent !
 Des éphémères ! des années que je n'en avais pas vus ! Dans ma jeunesse, dans le Gers, j'ai souvenir de nuages d'éphémères autour des lampadaires, et le lendemain le sol recouvert de ces insectes. Ils ont quasiment disparu depuis, la pollution par les pesticides en est probablement responsable. C'est bon signe qu'ici les éphémères aient survécu. Autrefois, il y en avait tellement, qu'il existait des usines pour en faire de l'engrais !
A 13h je suis déjà arrivé à ma destination, Montsoreau, l'étape était courte et roulante. Je casse la croûte en bord de Loire à l'ombre des platanes. Une famille de quatre adultes m'aborde et m'assaille de questions, autant sur mon vélo que sur ma randonnée. Les plus jeunes sont conquis "il faut qu'on le fasse avec les enfants", mais pas forcément en vélo couché qui semble rester à leur yeux une curiosité.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Loire à Vélo Montsoreau
 L'après midi est torride, je me réfugie dans une cave, 14° à l'intérieur, le contraste est saisissant, ici c'est le pays des habitations troglodytes.
J'aurais bien acheté une bonne bouteille, mais en vélo pas de place... ou alors pour la boire dans la soirée ... mais non, je suis raisonnable !
 Le camping a aménagé une zone pour les cyclistes, un local spécifique avec des couchettes, des frigos et des prises électriques. La zone de camping est un peu réduite en échange d'un tarif de 10€ très honnête.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Camping du Bois Vert à Montsoreau
Il y a une piscine au camping, l'eau est fraîche ... que ça fait du bien ... parce que ce soir, la chaleur est intense, je ne sais plus où aller, à 9h du soir je reviens à la piscine pour refroidir les jambes, le sol rayonne, on sent la chaleur monter du sol.

Etape 5 : Journée de repos


J'ai décidé de faire un peu de tourisme, ça tombe bien, au réveil je suis vraiment cassé, j'ai du mal a monter les escaliers, je ne me sens pas bien ... incapable de remonter sur le vélo, j'ai dû me déshydrater après quatre jours dans la fournaise.
Que vais je faire ? Me revient en mémoire, qu'ici au camping ils ont une Twizy en location (petite voiture électrique), je me renseigne, 30€ la journée, parfait, je vais me balader en Twizy !
Visite de l'Abbaye de Fontevraud
 Des panneaux présentent l'histoire de l'Abbaye, et font un parallèle entre la vie monastique et l'univers carcéral, l'abbaye ayant été transformée en prison.
Certains panneaux posent des questions philosophiques ... à méditer "utiliser son temps comme on le souhaite, serait-ce cela la liberté ?".
 Je me balade, ici les bords de Loire à Candes St Martin,
L'abbatiale de Candes St Martin,
 Le moulin de la Tranchée
Moulin de la Tranchée
Pas besoin d'aller bien loin, il y a plein de choses à voir dans un rayon de 10 km.
Le soir venu, j'ai retrouvé la forme, prêt à repartir.

Etape 6 : Montsoreau à Parthenay, en passant par Thouars 100 km


J'ai mal dormi, quatre jeunes filles ados ont rigolé tant et plus jusqu'à une heure tardive, puis bavardé dans les sanitaires juste à coté ... Je leur pardonne, j'ai eu cet âge là moi aussi, cette gaité, cette joie de vivre, cette insouciance ... je recommencerais bien !
Du coup je ne décolle pas très tôt, à 8h je suis sur la route, le temps est gris, la température a bien baissé par rapport à la veille, pour le cycliste que je suis, c'est nettement mieux !
Je retrouve mes paysages de campagne,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, dans la campagne
 Le canal de la Dive,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, canal de la Dive
Initialement, j'avais prévu de couper au plus court pour retrouver la Vélofrancette au sud de Thouart, mais comme sur cet itinéraire, il n'y a quasiment aucune ville où je puisse faire mes courses, j'opte pour un petit détour par Thouars.
Près de Thouars, un champ de 16 hectares de panneaux solaires, pas de bruit, pas de pollution ... un voisinage plus agréable qu'une centrale nucléaire !

 Avant St Généroux, une bonne surprise, un moulin à vent, en bon état, avec encore une partie de son mécanisme, mais quel dommage qu'il soit ainsi à l'abandon.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Moulin de St Généroux
 Il n'est même pas mentionné sur la carte IGN.
 Le casse croûte du midi, une bonne salade de pâtes.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, casse-croûte
 Les anciennes croix en Poitou-Charentes sont belles, simples et stylisées.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Croix en Poitou-Charentes
 Et encore un moulin ... vous l'aurez compris, c'est mon dada !
Un randonneur cycliste passe à ce moment là, grand, jeune, beau, souriant, un vélo et ses bagages nickel, un néerlandais, nous bavardons tant bien que mal en anglais, il vient d'Amsterdam et va jusqu'à Barcelone ! "yes, it's a great trip !" .... Encore une fois mon Paris - La Rochelle me parait bien riquiqui.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, moulin
 Et celui ci avec son chapeau de lierre,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, moulin
 Retour vers le passé, il n'y a que dans les petits villages de province que l'on peut voir ça, le temps s'y est arrêté.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, anciennes pompes à essence
Depuis la ville de Thouars, je suis sur la Vélofrancette, un itinéraire qui va de Caen à La Rochelle, le balisage est réussi, difficile de se perdre, mais ... il y a un mais, l'itinéraire passe par des petites, très petites routes peu ou pas entretenues, des chemins de terre et graviers, ça monte dur pour redescendre aussitôt, et ça recommence, ça n'en finit pas.
Pour couronner le tout, la route vient d'être gravillonnée, et ceci pendant des km, c'est une horreur ! Je n'avance pas, les km se font à pas de fourmi.
On peut tout de même admirer de très beaux ponts anciens sur le Thouet,
Je fais une pause avant d'entamer un chemin qui ne me dit rien qui vaille, un randonneur cycliste arrive en maugréant sur l'état de la route, il roule sur un vélo allemand à roues de 20', ce n'est pas courant, et certes moins confortable qu'un vélo à grandes roues, nous échangeons nos récriminations sur le trajet et le piteux état de la route, puis il repart et disparait à l'horizon.
Tant bien que mal j'arrive à Parthenay, puis enfin au camping, il est 19h40 ... 104 km au compteur, c'est la course, à peine le temps de monter la tente, prendre la douche, téléphoner ... il fait déjà nuit.

De Paris à la Rochelle en vélo couché, Parthenay

Etape 7 : Parthenay à Damvix (marais poitevin), en passant par Niort, 90 km


J'ai bien dormi cette fois ci, moins matinal, je déjeune avec mes restes de biscuits n'ayant rien trouvé sur ma route hier. La première partie du circuit est agréable et facile, il est vrai que je ne suis pas la Vélofrancette afin de raccourcir le trajet du jour, je la retrouve 20 km plus loin.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Vélofrancette
 Il y a quelques passages sur des chemins de terre, par temps sec, c'est acceptable, mais je n'ose pas imaginer la chemin après une bonne pluie.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Vélofrancette
 La vélofrancette comme la veille est plutôt fatigante à suivre, la qualité des voies empruntées mauvaise, avec des côtes bien raides comme à Champdeniers où je préfére gravir la côte à pieds, certes mon honneur en prend un coup mais parfois il faut savoir le mettre de coté (!), aujourd'hui aussi, les km se font bien lentement.
Niort enfin, les bords de la Sèvre magnifiques, un banc me tend les bras, la pause est bienvenue.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Niort
Je quitte Niort par une petite route superbe qui longe la Sèvre,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, bords de Sèvre
 Ensuite la voie se rétrécit et redevient champêtre,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
Le luxe d'une image animée ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin

On reste en bordure de la Sèvre, les paysages sont idylliques,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin

De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin

J'entre petit à petit dans le Marais Poitevin, le circuit est balisé, heureusement parce qu'ici il est facile de se perdre, les panneaux restent discrets, je suis l'itinéraire, mais au bout d'un certain temps je dois l'admettre, ce n'est pas la bonne route, et pourtant elle est fléchée ... mais dans tous les sens, et j'ai suivi des flèches qui ne me concernaient pas ! Je retrouve enfin le circuit grâce à mon gps ...
La Sèvre,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
Il faut suivre ce panneau exclusivement !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
Je demande mon chemin à un agent-technique, c'est l'occasion d'entamer la conversation, 
vous roulez à 40 ?
     _ non quand même pas !
à 30 alors ?
    _ oui si la route est très roulante et sans bagages !
comme les vélos droits ?
     _ oui !
J'ai senti que lui aussi était déçu ... dans son imaginaire, le vélo couché devait être une bête de course.
Je zigue-zague dans le Marais Poitevin, c'est vert et ombragé,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
 Paysages de cartes postales, les passerelles sont les seules côtes à monter,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
 Dernière passerelle avant Damvix.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
Arrêt à l'église de Damvix, elle est agréable, chaleureuse, on y ressent l'histoire du village, des générations se sont succédées ici, une église au centre de la vie.
Le camping est agréable, ombragé, il y a encore quelques enfants qui profitent des derniers jours de vacances, ambiance familiale, 20€ pour la nuit, une pression et un petit déjeuner compris...
Je n'ai rien trouvé comme commerce sur ma route, ce soir je n'ai rien à manger, heureusement il y a quelques restaurants au village, je m'arrête au premier intitulé "La Gambille", je me suis régalé avec un pavé de lieu dont je me rappellerai longtemps !

Il ne me reste qu'une étape ... déjà, je n'ai pas vu le temps passer, petit coup de blues, c'était bien ce voyage, je fais déjà le bilan ... demain je serai à La Rochelle, la fin du voyage. En fait, le but du voyage n'est qu'un prétexte, c'est le voyage qui importe, le paysage qui change à chaque seconde, l'envie d'être surpris après chaque virage, après chaque ligne droite, c'est une recherche permanente de l'enchantement, du renouveau, de l'aventure, s'y ajoutent le goût de l'effort, la réalisation du voyage avec son corps et son esprit; il faut endurer de temps en temps pour donner du sens, pour embellir la banalité.
La nuit tombe sur Damvix, il est temps d'aller se coucher.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin Damvix


Etape 8 : Damvix - Ile de Ré, en passant par La Rochelle 80 Km


Je suis réveillé par un canard qui joue de la trompette de bon matin. A 8h tout est plié, je vais prendre mon petit-déjeuner, le patron s'occupe de moi, pain croissant beurre confiture ... assis confortablement à une table, ce sera le meilleur petit-déjeuner de mon périple.
Une photo sur le port de Damvix et c'est parti pour la dernière étape,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin Damvix
 L'itinéraire longe le canal de la Sèvre,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
De l'eau partout, rivières, canaux, ponts, ce n'est pas Venise, mais c'est quand même très beau.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin

De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
 Tout à coup du monde, des voitures, et des pêcheurs, c'est un concours de pêche ! Je dois faire attention, même "klaxonner", parce que les cannes dépassent sur la route, et je n'ai pas envie d'en prendre une dans les rayons. Ils ont tous des équipements super extra dernière génération tout carbone, des fauteuils d'un confort inégalé ... Pauvres poissons, pêchés juste pour être pesés et remis à l'eau la gueule à moitié arrachée. Le principe du concours me parait complètement absurde.
Je me demande bien comment on peut rester assis toute la journée les yeux rivés sur un bouchon ?
L'itinéraire est agréable, très peu de voiture, paysages de la Sèvre que l'on suit.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
 Une image que j'ai mémorisée : un camping-car est arrêté au milieu de la route, je le double et devant le véhicule, apparaissent les propriétaires, chacun avec un certain embonpoint, lui, posant devant le paysage de la Sèvre avec son Chihuahua dans les bras, elle, tentant de prendre la photographie avec son smartphone ... amusant et attendrissant.
Marans, quelque chose me dit que la mer n'est pas loin ... bien que La Rochelle soit encore à 20km,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marans
 Plus j'approche de La Rochelle plus l'itinéraire est monotone, de grandes lignes droites, des chemins de terre qui encrassent la mécanique de poussière, pas d'ombre, il me faut avancer, ce n'est pas la partie la plus intéressante même si ces paysages (on se croirait en Camargue) sortent de l'ordinaire.
De Paris à la Rochelle en vélo couché

De Paris à la Rochelle en vélo couché, Marais Poitevin
 Enfin La Rochelle, de vraies pistes cyclables,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Rochelle
Et voilà, c'est fait, le but est atteint !
En fait c'était pas si dur, et même plutôt facile, je continuerais bien ... quand on a pris le rythme, on ne ressent plus de fatigue, une nuit suffit pour se requinquer, et le mal aux jambes du matin disparait rapidement. Certes, le beau temps m'a facilité la tâche, et la chaleur m'a poussé à me lever tôt, à part ce coup de barre à mi parcours pour cause de chaleur excessive, tout le reste m'a paru facile. Il faut avoir un peu d'organisation dans la gestion de la logistique journalière, quand les habitudes sont prises, ça roule tout seul.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Rochelle
 Quelques artistes exercent leurs talents sur des bâtiments abandonnés du port,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Rochelle Street Art
 et le casse-croûte sur les quais,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Rochelle
 Il y a encore du monde pour un 31 Août, et j'ai du mal à me frayer un chemin aux abords du port.
Je me fais prendre en photo, tout de même mieux qu'un selfie.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, La Rochelle
 Je ne suis pas encore tout à fait arrivé à destination, je vais jusqu'a l'ile de Ré pour finir ce périple, là-bas je n'aurai que l'embarras du choix pour les campings, et je ferai le tour de l'ile par ses pistes cyclables.
 Il faut passer par le pont ! gratuit pour les vélos, 3 km de long, s'il y a du vent, le passage en vélo peut être difficile.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
 La piste est étroite, je ne suis pas très à l'aise quand il faut se croiser.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, sur le pont de l'Ile de Ré
 L'ile de Ré, la jetée du port de Rivedoux,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré, Rivedoux
 Je choisis un camping à La Flotte, proche du centre ville, et le soir je vais me promener sur le port. Un Big Band anime le dernier soir du mois d'Août et joue des airs classiques de jazz, comme 🎶 C'est si bon, de partir n'importe où, bras dessus bras dessous ... j'essaye de l'adapter à mon cas présent 🎶 c'est si bon, de rouler à 2 roues, de pédaler tout le jour ...

Etape 9 : Ile de Ré


En fait il y aura un jour de plus, je viens de m'apercevoir que je me suis trompé de date de retour en train, j'ai pris mon billet un jour plus tard que prévu ... mon inconscient ne s'est peut être pas trompé !
Je m'installe pour les deux jours à venir, et allège mon vélo de ses sacoches ... il me parait léger comme une plume, et aussi bien sale après tous ces km sur des chemins de terre.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré, au camping
 Me voici parti à errer en Ré ...
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
 J'étais venu en famille il y 20 ans de cela, peu de changement depuis, mais tout de même les villages me paraissent plus coquets, les commerces et restaurants ont envahi les endroits touristiques, du coup difficile de trouver les commerces classiques comme un boulanger, sinon les pistes cyclables sont les mêmes.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
 Paysage du coté de Loix,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré, Loix
 Piste du bord de mer à Loix,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
 Le vélo est toujours l'occasion d'entamer la conversation et d'aborder d'autres sujets dont le vélo est l'inspirateur, le sport, la santé, la retraite "Si on commence à passer son temps assis dans le canapé à regarder la télé, on est mal parti, physiquement et intellectuellement !", on est bien d'accord !
Les villages sont superbes et ont gardé un réel cachet, le style est bien respecté, c'est propre et clair, des fleurs dans les rues, très peu de voiture. Il se dégage une bonne ambiance de quiétude, probablement qu'il doit faire bon vivre ici.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
 St Martin de Ré, ville fortifiée par Vauban,
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
 Il y a parfois du monde sur la piste, il faut tenir sa droite comme sur la route, et parfois la piste est étroite, sans visibilité, et même des angles droits difficiles à passer en vélo couché ou en tandem, mais sinon la plupart du temps, toutes ces pistes sont superbes et permettent de rouler à l'écart des voitures.
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
"Save the whales",
De Paris à la Rochelle en vélo couché, Ile de Ré
En soirée , je viens sur le port me balader, et passant devant un bistro, des jeunes m'interpellent, visiblement ils sont d'ici, du moins ce ne sont pas des touristes. L'un deux désire essayer mon engin ... j'accepte de bon coeur et je le mets en garde, une main restant accrochée au porte bagage pour éviter qu'il ne tombe ... les copains rigolent et prennent des photos, il titube, avance tant bien que mal sur les pavés, je lui évite la chute inévitable ... il me remercie chaleureusement !

Au camping, je commande des viennoiseries pour le lendemain matin. je demande "Pour quelle heure ?", elle me répond "9h" .... oups ! Je n'ai pas l'habitude de déjeuner aussi tard ! heureusement, demain je ne suis pas en voyage, ce sera mon deuxième jour sur Ré.

Autre anecdote, je roule sur la piste cyclable en bordure de route, en face arrive une camionnette qui ralentit, fait mine de prendre un chemin qui traverse ma piste, je ralentis, elle s'arrête seulement, et quand j'arrive à sa hauteur, le passager m'asperge d'un liquide jaune ... surprise totale d'un acte que je ressens comme une agression, aussitôt je hurle un "connard !!!" sorti du fond du coeur. Pour me calmer, je chante une chanson de Brassens 🎶 il y a peu de chance que l'on détrône les roi des cons.

Dernier soir, je vais au restaurant sur le port, et me régale d'un pavé de saumon et pommes de terre de l'ile de Ré, arrivé au dessert, un doute surgit ... Ai-je de quoi payer ? ... et bien non, je suis venu à pieds et mes papiers sont restés dans ma sacoche du vélo ! le plaisir du restaurant est retombé d'un coup, mais comment se sortir de ce mauvais pas ? ... idée, laisser mon smartphonne en gage ! ce que je fis suivi d'un aller retour, cette fois-ci en vélo !

Etape 10 : Retour à la maison en train et vélo Ile de Ré - La Rochelle - Paris - Bures sur Yvette 50 km


Il faut bien rentrer un jour ... et c'est aujourd'hui.
Je ne sais pas trop quel temps il me faudra pour rejoindre la gare de La Rochelle, 20 km à faire, alors je me presse un peu, encore quelques beaux paysages sur mon chemin, mais j'ai rangé l'appareil photo, et comme j'ai un horaire à respecter, pas de temps pour la contemplation.
Sur le pont, un cycliste qui me suit engage la conversation dans la côte
_ Mais je vois que vous forcez ...?
    _ Oui un peu mais c'est normal avec 15 kg de bagage !
Le vélo couché n'a pas la réputation d'être un bon grimpeur.

J'ai un billet en TGV pour Paris Montparnasse avec une place réservée pour mon vélo, tous les TGV ne permettent pas cette option, surtout en période d'affluence, la SNCF préférant réserver ces places à des voyageurs plus rentables, je suis donc très content d'en profiter.
Le contrôleur sur le quai me questionne en regardant mon vélo lourdement chargé, je sens bien qu'il se demande comment je vais faire pour monter dans le train. En fait c'est très facile, je démonte tout, la sacoche rouge est juste enfilée sur le siège et les sacoches noires tiennent avec 3 sangles, en 2 minutes tout est en pièces détachées sur le quai.

Je ne boude pas mon plaisir de refaire le chemin du retour en à peine plus de 3h, confortablement assis ... mais en entrant dans le compartiment, après que la porte se soit refermée, je me suis senti mal à l'aise, une sensation d'étouffement, après 10 jours passés dehors au grand air.
Je suis seul dans mon compartiment, cela me convient aussi, c'est la continuité de mon voyage en solitaire. Je l'ai vécu comme une retraite, une mise à l'écart du monde et de ces vicissitudes, pas une retraite enfermée, une retraite ouverte, contemplative de la Nature, des villes et villages, des gens rencontrés, retraite aussi spirituelle à la découverte de toutes ces petites églises qui parsèment notre beau pays. Je ne sais rien de ce qui c'est passé dans l'actualité depuis 10 jours, c'est très reposant, on ne peut pas avaler en permanence tous les malheurs du monde, une trêve de temps en temps permet de relativiser, de prendre du recul.
J'ai fait un beau voyage, certes pas bien loin, et je pense à ces réfugiés qui eux sont venus de très loin au péril de leur vie, sans rien et qui ont quitté leur famille, quitté leur terre natale, si mal accueillis ici, cela me laisse un goût amer dans la bouche.
Pendant mon retour en TGV, je reprends mon gps par curiosité, et surprise, à cet instant le TGV croise mon trajet aller d'il y a une semaine, quelque part sur les bords du Loir ! (à 293 km/h !)

Gare Montparnasse, la cohue, le monde, le bruit, je suis abasourdi. Vite je rejoins la Coulée verte qui permet de relier Paris au Sud-Parisien, et de rouler en vélo en dehors de la chaussée, c'est aussi le tracé de la Véloscénie, mais pas de balisage, l'itinéraire est malcommode, surtout en vélo de randonnée chargé, des stops et des barrières à tout bout de champ, piste étroite et très fréquentée ... on y arrive quand même, cela se termine à Massy, heureusement à partir de là je connais ! quelques km et je suis arrivé !

Fini ... le compteur est à 804 km ... je rentre le vélo au garage ... snif.
Et tout cela sans une goutte de pétrole (à part les emballages plastiques), mon bilan CO2 ne devrait pas être trop mauvais !
De Paris à la Rochelle en vélo couché, bilan carbone

Quelques mots entendus, principalement des enfants:
_ Oh qu'il est fort !
_ Papa, il s'appelle comment ce vélo ? .... le père hésitant "un vélo"
_ Maman, pourquoi il est comme ça ce vélo ?
_ Houaaa, la classe !
_ C'est cool ça !
_ Il est super chouette ce vélo !
_ C'est la super classe !

En vélo on est plus près de la nature, on ne fait pas de bruit, et l'on voit facilement des animaux, cette fois-ci ce sont des lièvres, lapins, belettes, chevreuils, faisans, perdrix, couleuvre, lézard vert, hérons, aigrettes, écureuils, canards ...

Et ce circuit, le voici sur BikeMap



A l'occasion je ferai un article sur les outils gps que j'ai utilisés sur mon smartphone:
 _ AlpineQuest pour la trace GPS, je charge la trace générée par OpenRunner, je n'ai plus qu'à la suivre,
_et Greenalp comme tracker, très pratique pour les solitaires, pour que la famille puisse suivre en temps réel la position du cycliste ou du randonneur.

J'ai dépensé environ 50€ par jour tout compris, trois fois au restaurant de 14 à 28€, café-croissant 2,50€ et bière 2,50 à 4€ tous les jours, jus de fruit de temps en temps au bar de 3 à 4€, casse croûte en boulangerie ou super marché de 5 à 8€, camping de 10 à 16€ la nuit, une location de voiture 30€, retour en train 60€.
Les photos ont été prises avec un compact Panasonic LX5.

Commentaires

Claudius a dit…
Bonsoir
J'ai repéré ton blog et je le trouve intéressant et bien écrit. Je viens de commencer à faire du vélo couché et vraiment je retrouve les sensations que tu as décrites .
Au cours de ton périple, tu es passé bien près de chez moi entre Chartres et Illiers, je connaîs bien le calvaire avec sa déco en panneaux indicateurs!
A la retraite en fin d'année, je compte bien me faire de bonnes balades, je débute comme toi en velo mais quel plaisir le vélo couché. .
Claude
Jacques Barbé a dit…
Merci pour ton message qui m'encourage à continuer. Je prends plaisir à écrire et raconter ainsi mon périple, avec des photographies indispensables pour conter l'histoire !
La retraite effectivement est l'occasion (enfin !) de faire ce genre de projet, et tant qu'on a des jambes, il faut en profiter !
Oui le vélo couché c'est super, et pour ce genre de rando c'est l'idéal, on peut rester des heures sur sa monture, c'est tellement confortable !
Amitiés, bonne route, et peut être un de ces jours de visu.
Jacques
Veloblan a dit…
Bonsoir
Par hasard je tombe sur votre blog, quelle belle balade, moi idem, première année à vélo couché, j'apprécie. Beau récit et vive la retraite.
Jacques Barbé a dit…
Merci pour votre message, peut être que mon récit est un peu long, j’ai pris plaisir à le retranscrire ainsi, histoire de le refaire à nouveau …
Je vois que vous aussi vous vous adonnez au vélo couché, c’est un vélo qui a des atouts irremplaçables, confortable et « charmeur » …
Je suppose que c’est vous le blog de Véloblan, que j’avais déjà repéré ! Bonne continuation, et belles écritures.

Posts les plus consultés de ce blog

En vélo de Paris à la Normandie par les pistes cyclables

En vélo de Bordeaux à Bayonne par les pistes cyclables

Montage du vélo couché